CyberDodo et la Chauve-Souris (1-29)

Vues : 11298

Ajouter aux favoris

Évaluation :

Pourquoi débuter ce dossier par cette question ? Parce que la réponse est « plus d'un millier » et qu'avec autant d'espèces différentes, permettant leur présence presque partout sur la planète. La diversité existant chez les chauves-souris est telle qu'il faudrait plusieurs livres pour les décrire toutes.

Examinons donc ensemble ce qui les réunit. Ce sont des mammifères, les plus nombreux après les rongeurs, répartis en 2 sous-ordres : les microchiroptères et les mégachiroptères. « Micro » et « Méga », on pourrait conclure que les « petites » chauves-souris sont dans la première catégorie et les « grandes » dans la seconde, d'une manière générale ce n'est pas faux bien que les plus grandes des petites dépassent en taille les plus petites des grandes !

Est-ce clair ?

Pour définir ce qui rassemble la majorité des microchiroptères, elles se nourrissent d'insectes ou de petits animaux, elles se dirigent grâce à l'écholocation (Nous verrons plus loin de quoi il s'agit), elles ne possèdent pas de griffe à l'index de leurs pattes avant et la forme de leurs oreilles est spécifique. Cependant, il faut savoir que 3 espèces de microchiroptères sont à classer parmi les chauves-souris vampires puisque le sang est la base de leur régime alimentaire. La taille moyenne des microchiroptères est d'une dizaine de centimètres (Des plus petites qui mesurent moins de 5 centimètres aux plus grandes qui dépassent les 15) et il en existe plus de 800 espèces.

Les mégachiroptères se nourrissent généralement de fruits et vivent dans les pays chauds (Afrique, Asie et Australie). Certains méritent vraiment leur qualificatif de « méga » puisque leur envergure dépasse les 150 centimètres pour plus d'un kilo et demi ! Cependant, les plus petites n'atteignent même pas les 15 centimètres pour un poids plume de moins de 5 grammes. Il existe moins de 200 espèces de mégachiroptères.

Le mot diversité pourrait avoir été inventé pour les chauves-souris.

Un membre des microchiroptères

Quelles sont les caractéristiques uniques des chauves-souris ?

Commençons par leur capacité à voler, ce sont les seuls mammifères capables de le faire et avec quel talent puisque leurs performances sont dignes des plus grands pilotes ! Il faut dire que leur morphologie est unique et que contrairement aux oiseaux leurs ailes ne sont pas garnies de plumes mais sont constituées d'une membrane de peau (Appelée le patagium).

Comme la cape d'un superhéros qui serait collée d'un côté le long du corps et de l'autre à des mains devenues très grandes. Cet « équipement » original ouvre un domaine de vol extraordinaire aux chauves-souris (Pour information, le « domaine de vol » d'un aéronef est l'espace dans lequel il peut évoluer en toute sécurité = altitude, vitesse, manœuvres, etc.) et elles n'ont par exemple rien à envier aux hélicoptères puisqu'elles peuvent pratiquer le vol stationnaire ou le vol lent. Mais, le vol plané ou le vol battu (En battant des ailes) n'ont pas non plus de secret pour elles.

Autre caractéristique de la plupart des chauves-souris, elles sont actives au crépuscule ou la nuit. Comment font-elles alors pour trouver leur nourriture ? Nous retrouvons ici les 2 sous-ordres : Microchiroptères et Mégachiroptères qui ont développés des stratégies différentes. Les mégachiroptères se dirigent principalement grâce à la vision et l'odorat, ce qui est le cas de très nombreuses espèces animales.

Au contraire des microchiroptères que la Nature a doté d'un outil extraordinaire que l'homme n'a pu commencer à imiter qu'au XXème siècle : l'écholocation. De quoi s'agit-il ?

Répondons en imaginant une situation, il fait nuit noire, des moustiques volent et une chauve-souris veut s'en nourrir, y parviendra-t-elle ? Oui, sans difficulté, les yeux fermés ! Pour réaliser ce qui serait une prouesse pour un être humain (Plus sûrement considéré comme une proie par le moustique !), le microchiroptère a simplement utilisé son « sonar ».

Concrètement, l'écholocation est la capacité des chauve-souris de « voir » grâce aux sons. Elles envoient en direction de leurs cibles des ultra-sons, ceux-ci sont renvoyés par ce qui se trouve devant elles et leur reviennent en dessinant une représentation extrêmement précise de leur environnement.

En fait, il y en a 3, l'émetteur, le récepteur et le « décodeur ». Les ultra-sons (Entre 10 Khz et 120 Khz) sont produits, selon les espèces, par la bouche ou le nez, ils sont captés en retour par les oreilles. C'est là qu'intervient le troisième organe : le cerveau. Il va analyser les informations en une fraction de seconde et permettre ainsi à la chauve-souris de « voir » dans la nuit.

Si l'homme a réinventé le sonar au XXème siècle, il est encore loin de la miniaturisation dont est capable la Nature puisque même les microchiroptères pesant moins de 5 grammes en sont dotés.

Pour mesurer l'importance de l'écholocation et sa finesse de détection, il suffit de savoir qu'une chauve-souris pourrait « voir » dans l'obscurité totale un cheveu à plusieurs mètres...

L'écholocation, une merveille de la Nature

Comment les chauve-souris se reproduisent-elles ?

Si l'espèce vit dans un pays connaissant des périodes de froid, elle va devoir hiberner. Ceci impliquant que la femelle qui s'est accouplée à l'automne va conserver le sperme du mâle pendant tout l'hiver dans son appareil génital. L'ovulation ne se produisant qu'au printemps lorsque les conditions climatiques sont réunies pour que les petits puissent être élevés.

La maturité sexuelle est atteinte entre la première et la troisième année, selon les espèces. Après 2 à 3 mois de gestation (Certaines vont jusqu'à 8), les chauves-souris donnent généralement naissance à un seul petit, cependant certaines peuvent en avoir 2. Les femelles allaitent leurs petits.

Quelle est la longévité d'une chauve-souris ?

Elle diffère entre les espèces mais peut aller jusqu'à 20 ou 30 ans !

Pourquoi certaines chauves-souris hibernent-elles ?

Tout simplement, parce qu'elles ne trouvent plus de nourriture avec la baisse des températures. Les espèces insectivores vivant dans des pays tempérés entrent alors en hibernation, comment cela se passe-t-il ?

Pour résumer, on peut dire que tout ralentit !

Leur rythme cardiaque passe de plusieurs centaines de pulsations à la minute à quelques dizaines, leur température corporelle baisse jusqu'à quelques degrés, elles ne respirent presque plus et s'immobilisent totalement.

Afin de pouvoir rester des mois sans bouger, elles se suspendent la tête en bas, accrochées sans aucun effort par leurs griffes qui se replient du simple fait de leur poids.

Mais la réussite d'une hibernation, c'est-à-dire un réveil en forme au printemps, dépend de plusieurs facteurs, notamment une alimentation suffisante afin d'accumuler les réserves nécessaires de graisse ainsi que l'usage d'un abri de qualité qui peut être une grotte, des combles, une mine voire un vieux tronc pourvu qu'il soit tranquille, avec une température et une humidité les plus constantes possibles.

Tranquille... Un défi de plus en plus difficile à relever !

Car, les conditions exigées pour qu'une chauve-souris puisse hiberner en sécurité ne sont pas compatibles avec le respect généralement manifesté par l'homme pour la Nature. Et les dégâts causés sur l'environnement affectent aussi gravement les chauves-souris..

Comme tant d'autres espèces, elles souffrent de la disparition de leurs habitats (A mettre au pluriel car elles changent de lieu de vie selon les saisons et leurs activités), de l'utilisation intensive de produits chimiques dans les cultures, les maisons (Charpentes), contre leurs ressources de nourriture (Consommation d'insectes traités), etc., de l'invasion de leurs territoires par les hommes et du dérangement associé (Bruit, lumière, collision automobile, etc.) jusqu'aux animaux domestiques (Le chat est un de leurs plus grands prédateurs).

Dans tout leur cycle de vie, les chauves-souris sont des animaux très sensibles aux activités humaines et de nombreuses espèces sont actuellement menacées. 

Pourquoi protéger les chauves-souris ?

Cette question est pertinente car encore aujourd'hui et malgré qu'elles soient protégées par plusieurs conventions internationales (Notamment celles de Berne et de Bonn), les chauves-souris font peur à certaines personnes qui n'hésitent pas à chasser, voire détruire, les colonies qu'elles découvrent dans leurs maisons (Combles, garages, caves, etc.).

Il faut dire que les légendes et les mythes qui font référence aux chauves-souris ne sont pas toujours les plus souriants (Dracula, etc.) et le fait que certaines espèces se nourrissent de sang a pu renforcer ces craintes. Cependant, le héros Batman illustre leurs qualités.

Et des qualités, elles en ont beaucoup !

Saviez-vous qu'une petite chauve-souris peut manger plusieurs centaines de moustiques en une seule nuit ? C'est ce qu'a parfaitement compris l'Université de Floride, située à Gainesville (http://www.ufl.edu/) qui a construit une « bat house » en 1991 afin de lutter de manière écologique contre les moustiques.

Le succès dépassa toutes les espérances avec près de 200'000 occupantes et une telle efficacité contre les moustiques que tout traitement chimique a pu être abandonné. Hélas, le nombre de chauves-souris ayant dépassé la résistance de la construction, la « bat house » de l'Université de Floride s'est écroulée en août 2009.

Heureusement, elle a été reconstruite avant la fin de 2009 et a les chauves-souris ont pu retrouver leur maison.

Faut-il avoir peur des chauves-souris ?

On entend et on lit beaucoup d'informations fantaisistes sur elles, qu'elles boivent du sang, qu'elles sont dangereuses, qu'elles s'accrochent aux cheveux, qu'elles transmettent des maladies, etc.

Qu'en est-il exactement ? Tout d'abord, comme nous l'avons vu dans ce dossier, il n'y a que 3 espèces qui se nourrissent de sang, elles vivent en Amérique du Sud et ne s'attaquent que très rarement à l'homme. Les chauves-souris, en général, ne sont pas dangereuses et elles ne s'accrochent pas aux cheveux. Lorsqu'elles tournent autour de nous, c'est que nous sommes aussi entourés (Attaqués ?) par une nuée de moustiques, leur action serait donc plutôt salvatrice.

Quant aux maladies transmises par les chauves-souris, il est exact que certaines peuvent être porteuses d'une forme particulière de rage, comment s'en préserver ? C'est extrêmement simple, en temps normal il est impossible d'être en contact avec une chauve-souris, donc si l'une d'entre elles est au sol ou se laisse approcher, c'est qu'elle est peut-être malade et qu'il ne faut surtout pas la toucher.

Conclusion provisoire

En conclusion, retenez de ce dossier que les chauves-souris sont importantes pour la biodiversité et plus qu'utiles pour l'homme et qu'il appartient à chacun d'entre nous de les protéger, comment ?

Avec des gestes simples, en leur donnant accès aux lieux dont elles ont besoin, en ne les dérangeant surtout pas pendant leur hibernation (Une chauve-souris réveillée peut en mourir), en respectant les forêts, les cours d'eau, en ne bétonnant pas à tour de bras, en n'éclairant pas inutilement, en évitant les produits chimiques qui les tuent autant qu'ils nous tuent, en résumé : en nous comportant de manière responsable afin que les générations futures puissent aussi bénéficier d'une planète habitable.

Chauves-souris et humains = même combat, celui de la vie, celui de CyberDodo le Défenseur de la Vie !

Pour voir le dessin animé consacré aux chauve-souris, cliquez ici

Pour voir le jeu consacré aux chauve-souris, cliquez ici

Pour faire le quiz, cliquez ici

© CyberDodo Productions Ltd.

Tous les commentaires (0)