CyberDodo et les Araignées (1-56)

Vues : 22800

Ajouter aux favoris

Évaluation :

Question curieuse et pourtant fondée car on reconnaît les insectes à leurs 6 pattes et les araignées en ont 8. De plus, les insectes ont pour la plupart un corps composé de 3 parties alors que celui des araignées n'en a que 2. Donc contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent les araignées ne sont pas des insectes, elles font partie de la classe des arachnides (Aranae).

 Quelles sont les principales caractéristiques des araignées ?

Nous savons déjà qu'elles ont 8 pattes et un corps articulé en 2 parties, commençons par l'antérieure (Avant) qui porte le nom de Prosoma ou céphalothorax (Soit « tête » et « thorax ») et qui abrite le cerveau, les yeux (Le plus souvent 8), l'estomac, la « bouche » qui est entourée de 2 paires « d'outils », d'une part les chélicères qui se terminent par des crochets avec lesquelles l'araignée va mordre sa proie et lui injecter son venin et, d'autre part, les pédipalpes qui servent à reconnaître les proies et à les manipuler. Les 8 pattes sont également fixées sur le céphalothorax .

La partie postérieure (Arrière) s'appelle l'opistosoma ou plus simplement l'abdomen. On y trouve notamment les poumons, le cœur, le foie, les organes sexuels et les glandes qui produisent la soie.

Les parties avant et arrière sont reliées entre elles par une section nettement plus fine : le pédoncule qui contribue à la grande souplesse du corps de l'araignée. 

Les mâles et femelles ont-ils la même taille ? 

Il peut exister chez certaines espèces d'araignées de grandes différences physiques, le mâle étant nettement plus petit que la femelle. On parle de dimorphisme sexuel important. 

Les araignées sont-elles poilues ? 

Non seulement, elles le sont mais en plus les poils qui les recouvrent sont de différents types. Ce sont de véritables organes sensoriels qui leur transmettent de nombreuses informations sur leur environnement, exemples non exhaustifs :

- Les trichobotries sont sensibles aux mouvements de l'air et leur permettent par exemple de repérer une mouche en vol

- Les épines font office de détecteurs pour les vibrations de leur toile, très utile lorsqu'un insecte s'y fait prendre

- D'autres poils fonctionnent comme des laboratoires qui vont analyser les molécules ambiantes, de véritables chémorécepteurs

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il ne serait pas incohérent d'affirmer que leurs poils transmettent aux araignées plus d'informations que leurs yeux, même si la plupart en ont 8.

Les araignées sont des prédateurs d'une rare efficacité

Pourquoi les araignées muent-elles ?

Parce que contrairement aux humains par exemple, elles n'ont pas de « squelette intérieur » mais extérieur, on l'appelle exosquelette. Ce qui fait que lorsqu'elles grandissent, elles se retrouvent à l'étroit dans une enveloppe dure qui elle n'a pas changé de taille. Seule solution, abandonner régulièrement l'ancienne enveloppe pour une nouvelle, cette opération est la mue. Pour la plupart des espèces, cela se produit une dizaine de fois pendant la vie de l'araignée. 

Comment la mue se déroule-t-elle ? Lorsque son exosquelette est devenu trop petit, l'araignée trouve une cache sûre et le fait « craquer ». Elle quitte alors son ancienne enveloppe avec plus ou moins de difficulté et profitant de l'absence de contrainte, augmente de volume. Sa nouvelle carapace va rapidement durcir mais pendant ce temps, elle est particulièrement exposée aux prédateurs. 

Elle abandonne son ancienne enveloppe que les spécialistes appellent « exuvie » et qui est souvent confondue avec un cadavre d'araignée. 

Qu'est-ce que l'autotomie ?

C'est l'impressionnante capacité que possèdent les araignées de se couper un membre en cas de nécessité ! Cette amputation ne s'effectue pas n'importe comment mais de manière à ne pas mettre sa vie en danger. De plus, elle pourra régénérer le membre perdu à sa prochaine mue.

Comment les araignées se reproduisent-elles ?

La plupart du temps, c'est une histoire tragique pour le mâle qui ne va pas y survivre. Celui-ci va d'abord produire du sperme qu'il dépose sur une toile spécialement tissée à cet effet. Puis, il l'aspire et le stocke dans des bulbes (Appelés bulbes copulatoires) situés à l'extrémité de ses pédipalpes. Le mâle est à présent prêt à féconder une femelle, encore lui faut-il la trouver, pour ce faire les phéromones vont le guider aussi sûrement qu'une lumière dans la nuit.

Les phéromones sont des substances chimiques produites par l'organisme de la plupart des espèces et qui servent notamment à attirer des partenaires dans le but de reproduction. Les organes qui permettent aux araignées de recevoir et d'identifier ces messages chimiques sont situés au bout de leurs pattes.

Le mâle a trouvé la femelle, après un rite nuptial spécifique à son espèce, ils vont s'accoupler. Ce qui consiste à introduire les bulbes copulatoires du mâle dans l'appareil génital de la femelle. Remarquons que la forme de leurs organes sexuels respectifs est particulière à chaque espèce et qu'elle interdit la reproduction entre espèces différentes.

La fin de la copulation signifie la mort à plus ou moins brève échéance pour le mâle qui va soit être dévoré par la femelle, soit se laisser mourir. Pour la femelle, le cycle de reproduction ne fait que commencer et en fonction des espèces, elle va pondre et abandonner ses œufs (Qui sont emballés dans un cocon de soie), d'autres les conservent sur leur toile ou même sur elles.

Les araignées sont donc ovipares, le nombre des œufs variant énormément d'une espèce à l'autre (De un à des milliers).

Les araignées sont des carnivores, des prédatrices qui se nourrissent des proies qu'elles chassent de multiples manières. Des insectes tels que les mouches, moustiques, guêpes, sauterelles, papillons, cafards, etc. aux lézards voire souris ou têtards, grenouilles jusqu'aux oiseaux, le régime alimentaire des araignées est, en fonction de leurs lieux de vie, très large.

Mais, les araignées qui ne peuvent mâcher n'absorbent que des liquides, elles doivent donc liquéfier leurs proies en leur injectant du venin (Qui contient des enzymes digestives) car chez les arachnides la digestion ne se fait pas à l'intérieur de leur organisme (Comme chez les humains par exemple) mais à l'extérieur (Les spécialistes nomment ce processus la « lyse »).

Il est important de souligner que contrairement aux tiques et autres moustiques, l'araignée ne se nourrit pas de sang et n'est donc pas attirée par les êtres humains qu'elle considère au contraire comme un danger.

Les araignées sont-elles utiles ?

En liaison avec le paragraphe précédent, il n'est pas exagéré d'affirmer que les araignées sont des régulatrices irremplaçables, par exemple des insectes et notamment des moustiques. A cet égard, la prédation qu'elles exercent sur les insectes nuisibles devrait nous inciter à les traiter avec plus de bienveillance. 

Quelle est la répartition géographique des araignées ? 

On trouve des araignées sur toute la surface de la planète, à l'exception des régions glacées, des plus hautes montagnes et des eaux salées car même si cela semble incroyable, il y a même des araignées qui vivent dans l'eau ! 

Prenons l'exemple de l'argyronète qui tisse une cloche qu'elle va immerger et accrocher à des plantes aquatiques puis remplir d'air en faisant des allers et retour depuis la surface. Installée dans son abri sous-marin, elle pourra alors chasser toutes sortes de proies. 

Combien y a-t-il d'espèces d'araignées ?

Environ 40'000, vous pouvez trouver en cliquant ici (http://research.amnh.org/iz/spiders/catalog/INTRO3.html), le catalogue mondial des araignées établi par Norman I. Platnick du Musée américain d'histoire naturelle.

Ce site scientifique – en anglais – est une mine d'informations sur les araignées de «Abacoproeces » à « Zyngoonops »

Argiope Frelon (Argiope bruennichi)

Les araignées sont-elles dangereuses ?

Il existe peu d'araignées dangereuses pour l'homme, tout d'abord parce que comme nous l'avons vu précédemment elles fuient le contact et la plupart sont trop petites pour mordre ou le cas échéant injecter assez de venin.

Cependant la mauvaise réputation des veuves noires, des recluses brunes et des tarentules n'est pas surfaite car elles représentent un vrai danger pour l'homme. Les veuves noires et les recluses brunes du fait de leur venin et les tarentules à cause des poils de leur abdomen qu'elles frottent et éjectent lorsqu'elles se sentent attaquées et qui peuvent provoquer de fortes réactions allergiques.

La soie des araignées

La capacité des araignées de produire de la soie est une merveille de l'évolution qui mériterait que CyberDodo lui consacre un dossier entier. Les glandes à soie (Séricigènes) sont situées dans l'abdomen (Optisoma), elles fabriquent de la soie qui reste liquide tant qu'elle se trouve dans le corps de l'araignée.

La soie va sortir par des orifices (Généralement au nombre de 6) également sous l'abdomen qui portent le nom de filières. Au contact de l'air, la soie va se solidifier et l'araignée va pouvoir l'utiliser. La soie ? Il serait plus exact d'écrire les soies car les araignées sont capables de produire plusieurs types de soies différentes en fonction de l'usage qu'elles comptent en faire.

Par exemple, une soie très résistante qui servira de support à la confection de leur toile puis une autre très collante avec laquelle elle va tisser ses rayons, etc. Remarquons qu'à taille égale, la soie d'araignée est plus solide que l'acier.

Les qualités de solidité, de légèreté et d'élasticité de la soie d'araignée ont fait que de nombreuses recherches sont menées afin de pouvoir en produire industriellement pour des usages aussi divers que le fil de pêche ou le tamis des raquettes de tennis. Les militaires s'y intéressent également avec notamment l'objectif de créer des gilets pare-balles.

Ce fort intérêt pour cette soie extraordinaire a même débouché sur des recherches qui peuvent étonner les défenseurs de l'environnement. Les cellules des glandes séricigènes de l'araignée et celles des glandes mammaires des chèvres étant proches, des chèvres ont subi des manipulations génétiques aux Canada et aux États-Unis afin de leur faire produire de la fibroïne (Qui est la protéine de base des fils d'araignée).

Les araignées ont-elles achevé leur évolution ?

Cette interrogation choquerait sans doute le célèbre naturaliste anglais, Charles Darwin (1809-1882), auteur notamment de « L'Origine des espèces » qui a posé les fondements de la théorie de l'évolution, pourtant l'histoire des araignées permet de la poser .

La réponse est bien entendu « non » car on sait grâce à Charles Darwin que la sélection naturelle est continument à l'œuvre et que toutes les espèces sont en permanence soumises à la pression de leur environnement pour que les individus les plus adaptés survivent et puissent transmettre leurs gènes aux générations suivantes.

Pourquoi alors poser cette question ? Parce que des fossiles d'araignées (Plectreuridae), vieux de 150 à 200 millions d'années, ont été retrouvés en Chine et que leur exceptionnel état de conservation a permis de constater que leurs descendantes d'aujourd'hui étaient pratiquement identiques !

Pour voir le dessin animé consacré aux araignées, cliquez ici

Pour voir le jeu consacré aux araignées, cliquez ici

Pour faire le quiz, cliquez ici

© CyberDodo Productions Ltd.

Tous les commentaires (0)