CyberDodo lutte contre les mauvais traitements (2-16)

Vues : 9912

Ajouter aux favoris

Évaluation :

Les violences faites aux enfants sont inacceptables et interdites par la Convention, pourtant des millions de mineurs en sont victimes quotidiennement.

Que dit, en résumé, la Convention à ce sujet ?

Article 19 - L'état a l'obligation de protéger l'enfant contre toutes formes de mauvais traitements perpétrés par ses parents ou toute autre personne à qui il est confié. L'état établit et développe des programmes de prévention et de traitement.

Quelle est la situation ?

Pour combattre un fléau, il est indispensable de bien le connaître afin de mettre en œuvre des solutions efficaces. C’est pourquoi, en 2003, le Secrétaire Général des Nations Unies a chargé le Professeur Paulo Sérgio Pinheiro, (Un des premiers soutiens de CyberDodo le Défenseur de la Vie), de conduire une étude mondiale sur les violences qu subissent les enfants.

Ce dossier est largement inspiré par ce travail impressionnant et cette personnalité exceptionnelle.

Le Professeur Paulo Sérgio Pinheiro avec Manuel M. Martin

Quels sont les différentes formes de violence que subissent les enfants ?

Elles sont malheureusement très nombreuses et impossibles à décrire de manière exhaustive, depuis les discriminations, les violences psychologiques, les négligences, les traitements humiliants, jusqu’aux atteintes physiques et sexuelles.

Où se passent les violences ?

L’étude dirigée par le Professeur Pinheiro a défini 5 lieux principaux :

Le foyer et la famille
L’école et les établissements scolaires
Les cadres institutionnels
Le lieu de travail
La communauté

Chacun de ses lieux ayant sa spécificité avec de graves conséquences sur les enfants lorsqu’ils sont synonymes de violence, parcourons-les ensemble :

Le foyer et la famille

Tout enfant a des besoins (Voir à ce propos, le dossier sur l’intérêt supérieur de l’enfant qui les détaille) de ceux de base comme respirer et s’alimenter, aux plus élevés comme acquérir des connaissances en passant par les impérieux besoins affectifs comme aimer et être aimé. Toute violence qui se déroule dans le cadre du foyer et de la famille est donc un drame puisqu’il s’agit justement des personnes et du cadre qui devraient assurer le bien-être de l’enfant et en lesquels il a instinctivement confiance.

Les sévices « familiaux » peuvent être de toute nature, ils restent souvent longtemps inconnus car l’enfant n’ose pas les dénoncer.

L’école et les établissements scolaires

Ce lieu est important à un double titre :

a) Tout d’abord parce que de nombreux enfants y sont victimes de violences, « officielles » puisqu’ il existe encore des pays dans lesquels les châtiments corporels sont autorisés à l’école ou plus « connues » entre les élèves qu’elles soient liées à des différences physiques ou sociales.

b) Parce que l’école est un endroit très important pour sensibiliser et informer ainsi que repérer les enfants victimes de violences afin de les aider.

Les cadres institutionnels

Pour de multiples raisons, des millions d’enfants se trouvent séparés de leurs familles et placés en institutions (Voir à ce sujet, l’épisode consacré aux droits des enfants en cas de placement par l’état - http://fr.cyberdodo.com/dessins-animes/droits-de-l-enfant/cyberdodo-s-engage-pour-les-droits-en-cas-de-placement-de-l-enfant-par-l-etat.html). Dans ce cadre, ils peuvent être victimes de différentes formes de maltraitance, traitements médicaux inadaptés, sanctions disciplinaires abusives, enfermement avec des adultes, etc.

Le lieu de travail

Des millions d’enfants travaillent, légalement ou illégalement (Voir notamment l’épisode sur le travail dangereux ), à l’origine de cette situation se trouve toujours la pauvreté. Avec la volonté d’échapper à leurs conditions de vie précaires, ces enfants s’exposent à de multiples types de violences, de la part de leurs employeurs, de leurs collègues ou des personnes qui exercent une quelconque autorité directe ou indirecte sur eux.

Les violences peuvent également être de tous ordres.

La communauté

Alors qu’en regroupant des personnes – des enfants - par affinité, on pourrait penser que la communauté renforce la solidarité, elle est aussi une entité qui peut exposer certains de ses membres à tous types de mauvais traitements.

 Les enfants peuvent être victimes de mauvais traitements dans tous les aspects de leur vie

Que faire pour lutter contre les mauvais traitements ?

La réponse dépend du niveau d’intervention, pour les Etats :

Assurer le respect intégral de la Convention et sa connaissance par les enfants
Déclarer illégales toutes les formes de violence contre les enfants
Protéger les enfants contre les violences dans le cadre institutionnel
Interdire les châtiments corporels
Interdire les enfants soldats
Poursuivre en justice les responsables de violences
Assurer un système de santé et de protection sociale accessible à tous
Former les personnels médicaux, sociaux et éducatifs pour qu’ils identifient et dénoncent les violences faites aux enfants

Pour les adultes :
Respecter l’intégrité morale et physique des enfants
Savoir reconnaître les signes de mauvais traitements
Dénoncer aux autorités compétentes les abus constatés
Contribuer à la connaissance de la Convention par les enfants

Pour les enfants :
Savoir qu’il n’est pas normal de subir des violences
Ne pas se taire en cas de violence subie
Ne pas protéger la personne responsable
Demander de l’aide
Connaître ses Droits
Respecter ses camarades

En conclusion :

Les mauvais traitements concernent des centaines de millions d’enfants, ils ne sont pas pour autant une fatalité. Un traité international protège les enfants contre les violences, il a pour nom la Convention Internationale des Droits de l’Enfant des Nations Unies.

CyberDodo a justement pour ambition de faire connaître ce texte fondamental à ses bénéficiaires, les enfants, pour qu’ils puissent exiger que les Droits qui leur sont reconnus soient pleinement respectés.

Quand tous les enfants sauront qu’ils ne devraient pas à être menacés, battus, étranglés, secoués, giflés, frappés, brûlés, violés, terrorisés, rackettés, affamés, déplacés, etc. etc. par quiconque, alors ce monde aura vraiment changé.

Sergio Vieira de Mello, Haut Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU, rappelait que « les enfants sont les adultes de demain », arrêtons de massacrer l’avenir en détruisant le présent de tant de petits d’homme…

Chat CyberDodo

Pour voir le dessin animé consacré aux mauvais traitements, cliquez ici

Pour faire le quiz, cliquez ici

Pour les jeux, ici

© CyberDodo Productions Ltd.